Boutique


Infolettre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Le temps des pommes

Posté le 02/10/2017

Déjà le temps des pommes! J'ai tellement l'impression que l'automne est arrivé brusquement cette année... Pas juste parce qu'il faisait trop chaud et trop humide la veille, mais aussi parce que je n'ai pas vu l'été passer.

En fait, je crois que c'est surtout parce que je n'ai pas fait tout ce que j'aurais aimé faire pour profiter de ma saison préférée. En commençant par le vélo. Dans ma nouvelle vie, je me retrouve trop souvent dépendante de mon matériel pour exercer les seules activités estivales qui m’est possibles de faire. Ma pince droite qui applique les freins de mon vélo n’est plus sécuritaire. Elle ouvre de façon saccadée dans un grincement laborieux. Ça fonctionne pour peindre, mais pas quand un feu rouge se pointe sur ma route. Tant que je n’aurai pas décidé de m’en priver le temps de l’a faire réparer, j'ai remisé ma bicyclette.

Avant les amputations, on partait souvent à l'aventure pour découvrir un nouveau coin de la nature. Avec nos garçons, on pouvait décider sur un coup de tête de partir gravir une petite montagne, d'aller marcher en forêt ou simplement de pique-niquer sur un rivage enchanteur. 

Aujourd'hui, tout est compliqué. Tout n'est plus jamais spontané. Faut tout prévoir. Ça finit par limiter les possibilités. Bien sûr, pouvoir compter sur une fortune constamment renouvelée, ça changerait les perspectives... Mais puisque je ne vis pas dans une publicité de "gagnant à vie" de Loto-Québec, nous devons travailler plus fort pour toucher à nos rêves.

Et les semaines défilent, les enfants retournent à l'école et hop, déjà le temps des pommes! Faut avouer que malgré toute ma résilience et mon intense goût de vivre, je m’ennuie cruellement de cette époque où je pouvais sentir la pomme céder sous mes doigts… où je pouvais sentir sa texture lisse et l’empoigner dans ma main… où je pouvais marcher librement entre les rangées de pommiers... où je pouvais monter dans une échelle et grimper aux arbres.

Mais même s’il m’est douloureux de ressentir ce manque, une chose est certaine, la pomme a toujours le même bon goût. Ce n’est pas la façon de la cueillir qui compte, mais plutôt comment on la savoure! Et la vie, j'ai décidé de la croquer à belle dent! J'ai tout de même beaucoup nagé cet été dans ma petite piscine. J'ai pratiquement assisté à tous les matchs de soccer de mes garçons. J'ai énormément créé, j'ai écrit et j'ai ri à volonté. J'ai aimé et j'ai été aimé. Alors tout compte fait, l'hiver peut bien arriver!

Photo prise l'automne avant les amputations... il y a déjà 5 ans!Photo prise l'automne avant les amputations... il y a déjà 5 ans!

Partager via un média social